Par-delà les rires et les pleurs.

23.08.2019 – 24.05.2020

Dans l’œuvre de Paul Klee, il n’est pas rare que l’on bascule du rire au tragique, de la légèreté aux profondeurs de l’abîme. L’exposition met en lumière les échanges qu’ont eus Paul Klee et son ami Jacques Ernst Sonderegger – un artiste suisse et caricaturiste. À ses débuts, Klee a reçu d’importantes stimulations artistiques de Sonderegger.

Au cours de leurs échanges se développe une même façon de voir l’humour comme une clé donnant accès à l’humain, de concevoir la satire comme un commentaire du comique et du tragique propres à l’existence humaine. Le point de départ de cette exposition, c’est l’amitié – beaucoup l’ignorent – que Paul Klee entretenait avec le caricaturiste suisse Jacques Ernst Sonderegger, dont le jeune Klee a beaucoup appris sur le plan artistique.
Klee et Sonderegger partageaient un même sens de l’humour : le genre alors florissant de la caricature représente de manière outrancière la vie sociale et politique et en propose un commentaire ironique. Pour Klee et Sonderegger, au contraire, la caricature offre la possibilité de poser les questions fondamentales de l’existence humaine.
Qu’est-ce que l’homme attend de la vie ? Qu’est-ce qui est pour lui source d’espoir ou cause d’échec, et permet d’oublier la souffrance ? L’art offre-t-il des échappatoires aux défis du quotidien, aux irritations passagères, aux contraintes de l’idéologie et aux contradictions absurdes de la vie moderne ?

Les œuvres de l’exposition nous parlent, sur un mode ludique et parfois grotesque, de plaisir et de frustration, de sens et de nonsens ; elles évoquent le monde et le théâtre, l’amour et le monstrueux – mais aussi les défaillances de l’homme, sa violence et sa condition de mortel, ainsi que l’espoir de pouvoir les surmonter avec humour.

L’exposition débute et se termine par des scènes inoubliables extraites de films de Charlie Chaplin, qui entrent en dialogue de manière stupéfiante avec les oeuvres de Paul Klee.

L’exposition présente des œuvres choisies de Klee et de Sonderegger ; elle les fait dialoguer et fournit le cadre permettant de situer leur correspondance, publiée pour la première fois.

Image: Paul Klee, Zum Abschrecken, 1940, 358, Kleisterfarbe auf Papier auf Karton, 29,2 x 21 cm, Zentrum Paul Klee, Bern, Schenkung Richard Sisson

Eine Ausstellung/Veranstaltung von:

zentrum-paul-klee-bern

Ausstellungen